Fantastique - Forum de Fictions
~~Hey,hey!Bienvenu à toi cher invité~~
Tu souhaite,rigoler,t'amuser,fictionner?
Alors tu as trouver le bon endroit!
Ici,les membres sont aussi fou les uns que les autres.
Inscri(e)toi,je te promet que tu ne sera pas déçu(e)!
Ou alors tu est déjà membre,dans ce cas fonce te connecter! x)

~Passe un agréable moment sur Fantastique~

Tu peut voir l'un des RPs que nous avons fait en cliquant >Ici<

Fantastique - Forum de Fictions

♠~Bienvenu(e).Ici, nous pourront parler, de mangas, du japon, ou d'autre chose, mais nous faisons aussi nos propre fics .Une bonne ambiance & des membres tout plus déjanté(e)s les uns que les autres,Welcome to Fantastique! ~♠
 
AccueilAccueil  Tchat vocalTchat vocal  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les hypocrites sont à plaindre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kevargon
Bavard(e)
Bavard(e)
avatar

Date d'inscription : 12/07/2012
Age : 26
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Les hypocrites sont à plaindre.    Jeu 25 Juil 2013 - 23:09

Et voilà l'histoire de ce post "http://fofo-hp.forumgratuit.org/t223-la-vie-est-un-jeu-de-masques" mais du point de vue de la femme maintenant. Plus difficile à écrire car narration interne d'un personnage féminin, c'est la première fois que je m'y essaye. Dites moi ce que vous en pensez.
Banzai !

Les hypocrites sont à plaindre.


Les hypocrites sont à plaindre, vraiment. J'ai toujours pensé cela, quelles que soient les déconvenues de ma vie. Une personne mentant aux autres sans vergogne se ment à elle-même, le bonheur qu'elle poursuit lui échappera toujours. Au mieux elle trouvera un substitut en détruisant celui des autres. Ils sont vraiment à plaindre. J'ai toujours vécu en mettant la vérité et la confiance en tête de liste des valeurs vitales et m'en suis tenu là même après moult trahisons. Je ne mens jamais, vraiment jamais. Pas une seule fois dans ma vie je ne me suis pliée à cet exercice de style que la vie en communauté semble imposer aux autres. Je suis une extra-terrestre peut-être, au moins ai-je mon intégrité.

Un soir d'été, durant un concert donné par un de mes amis j'ai rencontré un de ces êtres si particuliers. Je l'ai su à l'instant même où je l'ai vu. Grand, brun, le sourire affable, tout semblait le désigner comme une personne charmante, mais un détail le trahit : sa gestuelle changeait tout comme son parler à chaque fois qu'il discutait avec une autre personne. Comportement typique des menteurs compulsifs ? Non, bien pire que cela, comportement de quelqu'un n'ayant jamais donné sa confiance à une autre personne. Pauvre petite chose. Je me suis approchée, l'observant alors que je slalomais entre les convives. Je me sais désirable et ce soir là j'avais pris soin de mon apparence, je devais être sublime. Mes longs cheveux roux ondulés et relâchés tombaient jusqu'à mes reins, laissant deviner le dos-nu de ma courte robe noire. Mes jambes, dont la blancheur tranchait avec mes vêtements, me portaient prestement jusqu'à lui. Je voulais voir si mon analyse était bonne, si je pouvais tenter de l'aider en lui montrant que certaines personnes restent inaccessibles à ses petits tours.

Une fois à sa portée il me remarqua. Comme prévu il tenta une approche indirecte, voulant m'observer pour me cerner et ainsi préparer ses mensonges. Je discutai aimablement avec un certain Gérard lorsqu'il se décida à s’immiscer dans la conversation et donc m'aborder. Son discours était de miel et de fleurs, tout en galanterie et en humour, presque irrésistible. Au bout de quelques minutes, voulant le revoir à l'occasion, car je percevais en lui un bon fond malgré les masques que je devinais, je lui donnai mon numéro de téléphone. Il sembla, sur le moment, content de lui, persuadé de m'avoir faite sienne. Il fallait qu'il comprendre, que je savais ce qu'il était. J'optais pour une cessation de la conversation pendant quelques minutes. M'excusant poliment je partis pour le fond de la salle, où j'avais remarqué une amie proche. Sur ce retournement soudain de situation, Charles -puisque c'est ainsi qu'il se présenta- sembla perdu. J'allai tranquillement vers Annette et passai le reste de la soirée en sa compagnie.

Trois jours plus tard, je le contactai, lui proposant que nous nous voyions, seuls. Au ton de sa voix je perçus la panique et la joie, premier pas de franchi. À l'heure prévue, nous nous retrouvâmes au restaurant, il était magnifique dans son costume trois-pièces, bien qu'un brin prévisible. Je sus alors qu'il avait eu le temps de préparer une personnalité pour moi, sans doute dans le but de m'attirer en sa couche. Si seulement il avait été lui-même dès ce soir là, il aurait réussi sans effort supplémentaire. La soirée, très amusante pour moi, se révéla pour lui cauchemardesque. Il tenta par tous les moyens de protéger son véritable Moi. J'eus droit à l'entièreté de ses défenses, très fournie d'ailleurs. Toutes avaient comme point commun de me donner accès à une autre facette de sa personnalité véritable. Plus j'en découvrais sur lui, plus il me plaisait. Il avait du souffrir plus jeune, très tôt sans aucun doute, et cette cassure m'attirait, je voulais prendre soin de lui.

Tout en douceur je m'approchai de son vrai être. J'avais l'impression de remonter le temps. En face de moi, dans le même costume trois pièce bleu marine de très bonne facture, se tinrent tour à tour un homme à femmes, un truand, un violent, un romantique, un enfant roi, un détruit et enfin Charles. Lorsque finalement je le vis véritablement je sus que c'était lui, l'amour que j'attendais depuis toujours. Certes son passé était constitué de mensonges et tromperies, certes il avait fait le mal autour de lui, mais au fond il s'en voulait. Il fallait que je lui apprenne tout de la vraie vie, qu'il oublie celle par procuration qu'il s'était acharné à se construire, mais je savais que cela en vaudrait la peine.

Une fois le repas terminé je payai et m'en allai, persuadée qu'il me rappellerait sous peu, changé et prêt à vivre autrement. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. J'attendis des jours entiers, lui téléphonais souvent, cherchais à savoir ce qu'il était devenu, mais je n'eus aucune réponse. Par le biais de Romain, notre ami commun du concert, je sus qu'il s'isolait. J'appris aussi que chaque personne qui le voyait repartait furibonde et définitivement fâchée avec lui. Il changeait, oui, mais ne savait comment faire. Un jour Romain alla le voir et même lui ne voulut plus jamais entendre parler de Charles après cela, outré d'avoir été si longtemps manipulé. Pensant que sous peu il referait surface j'appelais tous les jours, laissant des messages de soutiens et même d'amour, car ce petit brin d'homme, écorché par la vie et perdu dans le monde, me plaisait décidément plus que tout autre. Mais jamais il ne répondit.

Vexée je décidai d'aller chez lui, non sans supplier Romain de ne donner l'adresse, ce qu'il fit après m'avoir mis en garde contre ce que je savais depuis toujours. Arrivée à son perron je toquai doucement, j'avais pris ma décision. Il ouvrit, déconfit et abattu, sans même me regarder. J'aurais pu être n'importe qui, du facteur au président de la république en personne, qu'il n'aurait rien remarqué. Je lui assénai alors une violente gifle afin de le faire réagir. Il tomba, leva enfin son regard vers moi et sembla hésiter un moment. Puis sans crier gare se précipita dans mes bras. Je l'embrassai et ainsi commença notre histoire.

____________________________________________________
Le cercle n'a pas de commencement.

La connaissance est la plus terrible des armes mais aussi notre seule défense face à l'oppression.

Revenir en haut Aller en bas
http://sword-of-fate.over-blog.com/
 
Les hypocrites sont à plaindre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !
» Cours n°1: Les moldus sont primitifs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastique - Forum de Fictions :: Fictions-
Sauter vers: